27 - 06 - 2014

...

04 - 04 - 2014

...

23 - 08 - 2013

...

24 - 03 - 2013

...

16 - 03 - 2013

...

26 - 01 - 2013

...

20 - 12 - 2012

...

11 - 11 - 2012

...

10 - 10 - 2012

...

29 - 05 - 2012

...

20 - 03 - 2012

...

Iowa, Etats-Unis - Le ministère pastoral en danger

Une fédération de la Division nord-américaine de l'Eglise adventiste est parvenue à la conclusion que les pasteurs lessivés n'ont pas un ministère florissant. Cette fédération, qui couvre les états de l'Iowa et du Missouri aux Etats-Unis, encourage les pasteurs à réduire leurs semaines de travail à 45 ou 55 heures, au lieu des 80 heures qu'ils font quelquefois.

Le président de la fédération de l'Iowa et du Missouri, le pasteur Dean Coridan, affirme : « Nous n'avons jamais vu autant de maladies liées au stress, de problèmes conjugaux, de divorces et de conflits entre enfants et parents parmi les pasteurs adventistes ».

La Division invite les pasteurs à reformuler leurs priorités dans leurs vies et à revoir leurs rôles au sein de l'église locale. « Des semaines de 80 heures ne devraient plus se reproduire. Vous n'appartenez pas à l'église ». Tels sont les propos que D. Coridan a tenu devant les pasteurs, dans les ateliers conduits par la Division depuis 18 mois.

D. Coridan dit que le ministère ne devrait pas mettre en péril la santé, la vie spirituelle ou le bonheur familial de n'importe quel pasteur. Mais trop souvent, les fédérations, les membres d'église ou les pasteurs, tous ont des attentes irréalistes du ministère pastoral.

Le comité exécutif de la fédération met en place un programme pour enseigner aux anciens d'église à être des dirigeants spirituels, afin de mieux soutenir les pasteurs.
D. Coridan dit que le comité prépare aussi des descriptions de poste dans lesquels les pasteurs sont attendus principalement au niveau de l'évangélisation, plutôt que dans des rôles de gestion d'église. D. Coridan déclare : « Il est facile de continuer à s'investir à fond dans le descriptif de poste initial, jusqu'à ce que le pasteur soit surmené et submergé ».

D'après lui, la solution, c'est que les pasteurs délèguent et disent 'non' à certaines responsabilités. D. Coridan ajoute que le plan ne permettra pas de faire disparaître l'épuisement des pasteurs, tant que ceux-ci n'y seront pas favorables.

Eddie Cabrera, pasteur de trois églises dans la Division de l'Iowa et du Missouri, témoigne de la valeur du 'non'. Depuis deux ans, il a su maîtrisé ses horaires de travail. Il explique : « Je dis à mes membres d'église : 'Ne m'appelez pas le dimanche pour me demander combien de fois dans le trimestre vous devez diriger la catéchèse de l‘EDS. Si c'est pour une urgence, oui je serai là. Sinon, le dimanche est le jour réservé à ma famille ».« Vous ne pouvez pas être sans coeur, mais vos membres d'église vous respecteront lorsqu'ils se rendront compte à quel point vous appréciez votre famille ».

D'après E. Cabrera, de nombreux membres d'église sont surpris mais généralement ouverts à l'idée d'aider le pasteur à faire son travail. « Je leur dis : 'Je vous fais confiance. Je ne vais pas amasser les responsabilités. Il n'est pas nécessaire que ce soit moi qui donne toutes les études bibliques, qui s'occupe de l'évangélisation, qui prêche chaque semaine ou qui prenne toutes les décisions. Si vous avez une idée, allez-y ».

E. Cabrera fait observer que des semaines de travail plus courtes ne vont pas faire des pasteurs paresseux qui ignorent les responsabilités ou problèmes de l'église, comme certains peuvent le croire. Au contraire, il dit que le programme fortifie les églises car chaque membre est activement impliqué dans un ministère.

D. Coridan dit : « Définir le rôle des pasteurs, c'est en fait redéfinir le pouvoir. Lorsque vous déléguez, vous passez le pouvoir à quelqu'un d'autre. Certains pasteurs sont peu disposés à cela ».

Aucun pasteur n'est forcé de cerner son ministère et il n'y a pas ultimatum si les semaines de travail sont toujours chargées ou si un pasteur choisit de ne pas limiter ses heures. « Si un pasteur me dit, 'Dean, je ne suis pas d'accord. Je dois travailler 24h/24 et 7 jours sur 7, c'est le pastorat qui veut ça', je ne vais pas me disputer avec lui. Mais se surmener au travail a des répercutions dévastatrices qui nous coûtent plus que ce que nous pensons ».

D. Coridan ajoute que le taux de divorce dans l'Eglise adventiste suit de prés le taux de divorce de ceux qui sont à l'extérieur. Il a aussi observé que lorsque les pasteurs font moins d'heures, ils ont tendance à passer plus de temps avec leurs familles. Pasteur lui-même, D. Coridan ajoute : « Il est temps que nous fassions preuve de bon sens pour être des pères et maris pieux. Etre pasteur ne veut pas seulement dire gagner sa vie. Et en tant que pasteurs, nous n'avons pas manqué notre rôle si nous ne sommes pas directement impliqués dans les moindres détails de nos églises ».

Source : ANN/BIA