L’Église Adventiste ne tolère aucune forme de maltraitance

Mis à jour le 10.10.2018 à 16:13
L?Église Adventiste ne tolère aucune forme de maltraitance

Columbia, Maryland, États-Unis | Mylon Medley, Pôle Information de la Division de l’Amérique du Nord

 

“Nous n’allons pas faire l’autruche et agir comme s’il n’y avait pas de cas de maltraitance, » a déclaré Ivan Williams, directeur de l’Association Pastorale de la Division Nord-Américaine (NAD) dans ses remarques d’ouverture lors de la première journée du Sommet Enditnow de la NAD sur la maltraitance le 24 septembre 2018.

 

Le sommet de deux jours, qui s’est déroulé au siège de la NAD à Columbia, dans le Maryland, aux États-Unis, a été organisé dans le but d’équiper les pasteurs, les enseignants, les bénévoles, le personnel de l’église et les membres en leur donnant des outils et des connaissances nécessaires pour aider à mettre fin à la maltraitance dans leurs sphères d’influence. Dans le cadre de la campagne Enditnow organisée par l’Église, le sommet a réuni un certain nombre d’experts allant des responsables d’église et des administrateurs à des défenseurs de causes, des avocats, en passant par des femmes qui ont partagé leurs expériences avec la maltraitance.

 

« C’est un programme annuel avec différents présentateurs et différents sujets, et nous savons qu’il ne s’agit pas de l’entendre une seule fois, » a déclaré Erica Jones, directrice adjointe du Ministère de la Femme de la NAD et organisatrice du sommet. « Il nous faut nous rappeler [de ce problème], et il y a toujours de nouvelles informations qui sont données. »

 

Les pasteurs, les dirigeants, les enseignants et les étudiants locaux ont été invités à assister à des présentations en espagnol le 24 septembre et en anglais le 25 septembre. De plus, les rencontres pendant les deux jours ont été diffusées en direct sur Facebook et sur YouTube, afin que les internautes des différents territoires de la division, et d’autres pays, dont le Mexique, le Belize, la Lettonie, l’Estonie et les Bermudes, puissent envoyer des questions aux présentateurs et recevoir les ressources du sommet.

 

« Des principes fondamentaux et inestimables à propos de, et contre la maltraitance sont présentés ici. Félicitations, » a dit un participant, Lemuel Llaguno Niere, dans un commentaire sur Facebook.

 

La diffusion en direct en espagnol sur Facebook a reçu près de 6500 vues dans les 48 heures suivant sa diffusion, avec 858 réactions, commentaires et partages. Le flux en anglais a reçu 5572 vues en 24 heures, avec 1223 réactions, commentaires et partages.

 

La Position de l’Église

 

La session d’ouverture du programme en anglais a été présentée par Alex Bryant, secrétaire exécutif de la NAD, qui a décrit les déclarations officielles de l’Église Adventiste sur la maltraitance. En tant que secrétaire exécutif, Alex Bryant supervise la création, la distribution et l’inclusion de tous les règlements de la division.

 

« L’Église ne tolère aucune forme de maltraitance, qu’elle soit physique, sexuelle, émotionnelle ou mentale, » a dit Alex Bryant. Il a déclaré que la base de la position de l’église en matière de maltraitance repose sur la croyance que tous les êtres humains sont créés à l’image de Dieu et que, par conséquent, si nous maltraitons une autre personne, nous maltraitons Dieu en fait.

 

« Dieu a fait reposer sur nous la responsabilité de travailler à la protection des personnes vulnérables autour de nous. Donc, nos règlements, nos enseignements devraient être établis de manière à protéger les plus vulnérables d’entre nous, y compris les enfants, les conjoints et les personnes qui sont dans des relations où existe la maltraitance, » a déclaré Alex Bryant.

 

Bien que l’Église ait mis en place de nombreux règlements visant à traiter de manière adéquate les situations de maltraitance, Alex Bryant a indiqué que son objectif était de faciliter l’accès des dirigeants à ces règlements.

 

« Je pense que l’une des choses que nous pouvons faire pour vous aider est de les mettre tous dans un même endroit. Actuellement, ils sont dispersés dans notre manuel de règlements, » a dit Alex Bryant. « L’une des choses que je me suis engagé à faire est d’essayer de les rassembler et de les mettre dans un même endroit afin qu’ils puissent être plus facilement retrouvés, consultés et compris. »

 

Le Coût de l’Inaction

 

Kate Ott, professeure d’éthique sociale Chrétienne à l’École Théologique de Drew et chargée de cours en théologie pratique à la Yale Divinity School, a parlé de l’importance de créer de saines limites, en particulier dans les communautés religieuses. Elle a déclaré que bien que les règlements et les lois que nous suivons aident à faire respecter ces limites, il en faut davantage.

 

« Les institutions religieuses ne sont pas en dehors des lois laïques et nous ne devrions pas l’être. En fait, nous devrions vouloir des normes plus élevées, » a déclaré Kate Ott. « Nous sommes des communautés caractérisées par l’attention, la confiance, le respect et la justice. Nous devrions dire : ‘La loi ne va pas assez loin.’ Que pouvons-nous faire d’autre ?’ »

 

« Dans les communautés religieuses, nous avons la responsabilité morale et la capacité de réagir de manière juste et équitable. Nous pouvons y parvenir, » a dit Kate Ott. « L’intégrité de la relation pastorale et de nos institutions religieuses est en jeu. »


« Ne rien faire n’est pas une bonne alternative, » a déclaré David Fournier, vice-président et responsable en chef du service clientèle chez Adventist Risk Management, le fournisseur d’assurance officiel de l’Église Adventiste du Septième Jour.

 

Trop souvent, ce dont on nous accuse en tant qu’église, et c’est là que nous perdons notre réputation, c’est l’ensemble des choses que nous n’avons pas dites, les choses que nous n’avons pas faites, les résultats que nous n’avons jamais obtenus. »

Définir la Responsabilité

 

En plus d’avoir une responsabilité par rapport aux règlements de l’Église, les dirigeants, les enseignants et les bénévoles dans les églises et les écoles Adventistes ont la responsabilité devant la loi de signaler les cas de maltraitance.

 

« La responsabilité juridique intervient dans le cadre du signalement obligatoire, » a déclaré Krista Blakeney-Mitchell, directrice adjointe du Programme d’Amélioration de la Réaction de la Justice Pénale en matière d’Agression Sexuelle, de Violence Domestique, de Violence pendant les Fréquentations, et d’Aide face au Harcèlement pour le Département américain de la Justice.

 

D’après Krista Mitchell, une personne ayant obligation de signalement est une personne dont le travail ou la position professionnelle l’oblige à signaler toute suspicion de maltraitance.

 

« Ces personnes ayant obligation de signalement, reconnaissent, réagissent et signalent [la maltraitance], et voilà, ça y est, » a déclaré Krista Mitchell. D’un autre côté, « la responsabilité peut être un engagement à vie. » Krista Mitchell a défini la responsabilité comme le fait d’être informé, de connaitre les limites, d’apporter un soutien continu et de faire la différence.

 

« La responsabilité de la communauté, en particulier lorsqu’il s’agit de l’église, est de faire ce mile de plus. Nous savons que nous avons une responsabilité morale, basée sur la crainte de Dieu, mais en plus de cela, nous avons la responsabilité d’essayer de faire de ce monde, un endroit meilleur, » a déclaré Krista Mitchell. « Si nous croyons vraiment en cela, il n’y a pas à s’inquiéter au sujet du fait que vous soyez ou pas une personne ayant une obligation de signalement. »

 

Certains peuvent trouver difficile d’amener un autre Chrétien à rendre comptes de ses actes, surtout si l’auteur est bien connu et aimé. Cependant, cela ne devrait pas entraver le processus de signalement.

 

« Notre devoir est de signaler, » a déclaré Tony Anobile, vice-président des Ministères Multilingues pour la NAD. « Cela met mal à l’aise, et parfois cela nous met en désaccord avec certaines personnes, mais je préfère faire cela et savoir que j’ai fait mon travail et avoir la conscience tranquille plutôt que d’essayer de détourner les regards et de ne rien faire. »

 

Krista Mitchell a appuyé le même sentiment. « Que vous soyez un individu ayant obligation de signaler ou pas, vous être responsable de votre frère et de votre sœur. Lorsque les communautés assument la mission de responsabilisation, les progrès sont imminents. »

 

Traduction: Patrick Luciathe