Discerner le bien du mal

Mis à jour le 14.11.2018 à 11:28
Discerner le bien du mal

Vendredi

Discerner le bien du mal

Les eĢtudiants des EĢcritures savent comment prendre de sages deĢcisions

VANDERLEI DORNELES DA SILVA

 

Une fois, alors que j’eĢtais ado, j’ai lu ce graffiti sur un mur : « La liberteĢ est trop petite. Ce que je deĢsire n’a toujours pas de nom. » Ce message m’a laisseĢ perplexe. Il semble qu’en termes de relativisme, notre monde ait atteint les extreĢ‚mes. On deĢsire mettre un terme aĢ€ toute autoriteĢ, aĢ€ toute tradition. Bon nombre veulent eĢ‚tre libres de modifier leur propre anatomie physique. Le pluralisme encourage les lectures les plus diverses des EĢcritures. Les theĢologies postmodernes cherchent aĢ€ deĢmanteler les structures sociales oppressives, soi-disant maintenues par la Bible, et promeuvent une vaste eĢmancipation. Les opinions humaines preĢvalent –au deĢtriment de la connaissance de la veĢriteĢ divine.

 

AĢ€ cette eĢpoque ouĢ€ tout est relatif, comment est-il possible de savoir ce qui est bon et bien ?

 

LA CONNAISSANCE DE DIEU

 

OseĢe propheĢtisa aux tribus du nord d’IsraeĢˆl peu avant la chute de ce royaume en 722 av. J.-C. Ayant violeĢ son alliance avec Dieu, la nation avait plongeĢ dans une crise profonde en raison de son idolaĢ‚trie. L’adoration des veaux d’or (Os 8.5,6 ; 10.5) faits par JeĢroboam I (1 R 12) fomenta l’immoraliteĢ, comme cela s’eĢtait produit au SinaiĢˆ (Ex 32.6,7).

 

Le Seigneur lui donna donc cet avertissement : « Samarie sera punie, parce qu’elle s’est reĢvolteĢe contre son Dieu. Ils tomberont par l’eĢpeĢe » (Os 13.16). La chute d’IsraeĢˆl fut attribueĢe aĢ€ l’absence de trois vertus principales : « Il n’y a point de veĢriteĢ, point de miseĢricorde, point de connaissance de Dieu dans le pays » (Os 4.1) –l’absence de « connaissance » parce qu’il neĢgligeait la loi de Dieu (Ps 119.66) et « la crainte de l’EĢternel » (Pr 1.7 ; 2.5).

 

Dans sa miseĢricorde, le Seigneur promit la restauration. La captiviteĢ serait comme un « deĢsert » ouĢ€ Dieu parlerait au cœur de ses enfants (Os 2.16). Ensuite, il briserait la force de l’ennemi et les ferait « reposer avec seĢcuriteĢ » (v. 20). Le Messie restaurerait IsraeĢˆl parce qu’il serait rempli de « connaissance » par la vertu du Saint-Esprit (Es 11.2). Par la manifestation du Christ, la terre serait remplie de la connaissance de Dieu (Es 33.6 ; Ha 2.14).

 

Pour acqueĢrir cette connaissance, les enfants d’IsraeĢˆl devaient eĢtudier et meĢditer la loi de Dieu –teĢmoin de l’alliance avec Dieu. MoiĢˆse leur donna cette recommandation : « Et ces commandements [la loi], que je te donne aujourd’hui, seront dans ton cœur. [...] Tu les lieras comme un signe sur tes mains » (Dt 6.6,8). Le psalmiste faisait de la « meĢditation » de la loi de Dieu ses deĢlices (Ps 119.97). Il la serrait dans son « cœur » pour ne pas peĢcher contre Dieu (v. 11). Cette « connaissance » deĢpend donc de la meĢditation des commandements de Dieu et de l’apprentissage aĢ€ faire le bien et aĢ€ se deĢtourner du mal.

 

En ce sens, la religion biblique est une expeĢrience intelligente et instructive. L’eĢtude, la meĢditation, et l’enseignement de la loi de Dieu sont les activiteĢs principales par lesquelles la connaissance de ce qui est bon, juste, et saint se reĢpand parmi le peuple de Dieu, et par lui, potentiellement dans le monde. Tandis que le peuple reĢpand une telle connaissance parmi ses semblables, il est une lumieĢ€re.

 

Il existe une similariteĢ eĢvidente entre notre temps et le contexte d’OseĢe. Bien que les pratiques religieuses et la lecture de la Bible soient courantes aujourd’hui, l’eĢthique et les valeurs bibliques qui promeuvent la crainte de Dieu s’effritent. Par conseĢquent, comment pouvons-nous maintenir la connaissance de Dieu ?

 

ENSEIGNER LA CONNAISSANCE

 

En IsraeĢˆl, la connaissance de Dieu eĢtait transmise par le biais du culte et de l’œuvre des preĢ‚tres, dont les leĢ€vres devaient « [garder] la connaissance » et de la bouche desquels « [on recherchait] la loi » (Ml 2.7, DRB).

 

L’enseignement de la volonteĢ de Dieu eĢtait une activiteĢ constante. Dans le temple, outre les rituels, l’adoration avait un but instructif. David « mit aĢ€ part ceux des fils d’Asaph, d’HeĢman et de Jeduthun qui propheĢtisaient en s’accompagnant de la harpe, du luth et des cymbales » (1 Ch 25.1). Dans les synagogues, servir l’EĢternel eĢtait synonyme d’eĢtudier la loi de Dieu.

 

Dans le Nouveau Testament, la connaissance de Dieu est manifesteĢe dans l’enseignement de JeĢsus (Lc 1.77) et des apoĢ‚tres fondeĢ sur les EĢcritures (2 Tm 3.16). Jean deĢclare que « la vie eĢternelle » consiste aĢ€ « connaiĢ‚tre » Dieu et JeĢsus-Christ (Jn 17.3). Paul se reĢfeĢ€re aĢ€ la connaissance de Dieu en tant que contenu de la vraie religion (Col 1.9). Le rejet de cette connaissance entraiĢ‚ne la pratique de « choses indignes » et une vie remplie « de toute espeĢ€ce d’injus- tice, de meĢchanceteĢ, de cupiditeĢ, de malice » (Rm 1.28,29).

 

D’un autre coĢ‚teĢ, la connaissance de Dieu meĢ€ne « aĢ€ l’uniteĢ de la foi [...], aĢ€ l’eĢtat d’homme fait, aĢ€ la mesure de la stature parfaite de Christ » (Ep 4.13).

 

AĢ€ la lumieĢ€re de ces choses, pour- quoi refuserions-nous d’avoir la loi de Dieu dans notre cœur ?

 

L’AMOUR DE LA VEĢRITEĢ

 

D’un point de vue relatif au temps de la fin, Paul preĢdit que le Saint-Esprit se retirera de la terre. La raison donneĢe est que ceux qui rejettent la veĢriteĢ sont tellement deĢsorienteĢs qu’ils « croient au mensonge », prennent « plaisir aĢ€ l’injustice », et consideĢ€rent les meĢchants comme eĢtant divins (2 Th 7-11,4 ; voir Ap 13.3,4).

 

Ellen White fait eĢcho aux paroles de Paul : « Seuls eĢchapperont aĢ€ la redoutable seĢduction qui subjuguera le monde ceux qui eĢtudient diligemment les EĢcritures et qui ont l’amour de la veĢriteĢ(1). »

 

Une simple preĢdication de la Bible et la simple lecture d’une histoire biblique ne suffisent pas pour aborder la complexiteĢ du relativisme et la disparition actuelle de l’eĢthique. La crainte de Dieu repose sur la meĢditation de la loi de Dieu, laquelle nous a eĢteĢ donneĢe pour nous guider dans nos deĢcisions et nos choix eĢthiques et moraux.

 

Le peuple de Dieu est appeleĢ, tout comme le psalmiste, aĢ€ « aimer » la veĢriteĢ (Ps 119.97,113). Ceux qui aiment la Parole de Dieu aspirent aĢ€ l’eĢtudier en profondeur, aĢ€ s’en nourrir, et aĢ€ demeurer en elle. En fait, on apprend et on aime la veĢriteĢ biblique lorsqu’on y obeĢit.

 

Ellen White ajoute : « L’eĢtude du saint Livre est le moyen de nous faire entrer en communion plus intime avec notre CreĢateur et de nous donner une connaissance plus nette de sa volonteĢ(2). » Selon elle, « la Parole de Dieu est donneĢe au croyant comme sauvegarde contre les faux docteurs et les esprits seĢducteurs »(3). Dans notre contexte actuel, la contrefacĢ§on est tellement similaire aĢ€ la veĢriteĢ que sans discernement spirituel, il est impossible de les distinguer l’une de l’autre.

 

Pour faire face au relativisme postmoderne, le peuple de Dieu doit maintenir une expeĢrience personnelle avec la volonteĢ de Dieu telle que reĢveĢleĢe dans sa Parole. Cette connaissance –fondeĢe sur l’expeĢrience de l’eĢthique du ciel que reĢveĢ€lent les EĢcritures– nous permet de distinguer entre le sacreĢ et le profane, et de discipuler nos semblables pour qu’ils fassent les meĢ‚mes choix.

 

----------------

1 Ellen G. White, La trageĢdie des sieĢ€cles, p. 678.

2 Ibid., p. 71.

3 Ibid., p. 643.

 

__________

Suggestions de prieĢ€re

 

1. Demandons aĢ€ Dieu de nous aider aĢ€ nous consacrer aĢ€ l’eĢtude reĢgulieĢ€re de la Bible.

2. Prions pour qu’aĢ€ travers notre eĢtude des EĢcritures, le Seigneur nous proteĢ€ge de la supercherie.

3. Demandons aĢ€ Dieu de nous mettre en contact avec ceux qui ont soif de la veĢriteĢ, pour que nous puissions partager ce que nous savons de lui avec eux.

 

---------------

Vanderlei Dorneles da Silva a travailleĢ en tant que pasteur, reĢdacteur, et professeur. Il est le coordinateur des programmes d’eĢtudes universitaires en theĢologie aĢ€ l’UniversiteĢ adventiste du BreĢsil, dans l’EĢtat de SaĢƒo Paulo, au BreĢsil.

 

---------------

Télécharguez le PDF de la revue Adventist World ici.