LES DÉLÉGUÉS DU CONSEIL ANNUEL VOTENT EN FAVEUR DE L'ADOPTION DU DOCUMENT DE CONFORMITÉ

Mis à jour le 06.11.2018 à 12:28
LES DÉLÉGUÉS DU CONSEIL ANNUEL VOTENT EN FAVEUR DE L'ADOPTION DU DOCUMENT DE CONFORMITÉ

LE COMITÉ EXÉCUTIF DE L'ÉGLISE MONDIALE APPROUVE LES MESURES RECOMMANDÉES PAR LE COMITÉ DE SURVEILLANCE DE L'UNITÉ.

 

Berne, Suisse. CD-EUDNews.

 

Suite au vote du 14 octobre sur le document "Regard for and Practice of General Conference Session and General Conference Executive Committee Actions", un grand nombre de nos membres et dirigeants ont exprimé leur profonde déception et leur inquiétude, principalement sur les médias sociaux et en s'adressant à leurs fédérations, aux Unions et à la Division.

 

« Nous aimerions attirer l'attention de tous nos sœurs et frères en détresse sur le fait qu'il y a de solides raisons pour nous -membres de la famille adventiste mondiale- d'avoir confiance et d'espérer en notre avenir en tant que famille aimante et unie, » a déclaré Mario Brito, Président de la Région intereuropéenne des adventistes du septième jour (EUD), « après la dernière décision prise lors du Conseil annuel de la Conférence général des adventistes du septième jour tenu à Battle Creek du 11 au 17 octobre 2018. »

 

« Si nous lisons attentivement le Nouveau Testament et étudions l'histoire du christianisme et du mouvement adventiste, nous nous rendrons facilement compte que l'Église primitive et nos pionniers ont été confrontés à des défis similaires, qu'ils ont réussi à surmonter avec succès, » a affirmé le pasteur Brito. « Conduits par l'Esprit Saint, ils en sont arrivés à un point où ils ont conclu qu'une situation de perplexité telle que décrite dans Actes 15, par exemple, pouvait être convertie en une bénédiction pour l'Église. Bien que le texte ne le mentionne pas explicitement, nous pouvons facilement en déduire que leur décision était basée sur des enseignements bibliques fondamentaux auxquels nous devrions tous accorder une attention particulière :

 

1.     Ne pas juger la motivation et la sincérité d'autrui. C'est-à-dire, considérer qu'une personne qui pense différemment de nous n'est pas un croyant honnête et fidèle. C'est une tentation à laquelle il faut résister fermement.

 

2.     Traiter les autres comme nous aimerions être traités. Pour que cela se produise, nous devons nous écouter attentivement les uns les autres -individuellement et collectivement- en essayant de comprendre la vision du monde, les besoins, les frustrations et les attentes des autres. L'attention devrait être encore plus grande, plus large et plus profonde si la communication se fait dans le contexte plus large de groupes de personnes culturellement différents.

 

3.     Un dialogue ouvert et courtois nous aide à mieux nous connaître, à nous faire confiance et à prendre des décisions consensuelles.

 

4.     Respect et application scrupuleuse des décisions convenues. Les décisions d'un organe dûment désigné doivent être respectées (prises au sérieux) et appliquées de la meilleure manière possible.

 

5.     Cependant, il est important de garder à l'esprit qu'un vote, comme toute autre décision humaine, peut toujours être réexaminé et reconsidéré.

 

6.     Apprendre à rester ensemble et unis, malgré nos différences. Ce n'est pas toujours facile, mais cela nous aidera grandement à grandir et à témoigner que nous sommes les disciples du Christ.

 

7.     Dirigés par le Saint-Esprit. Si nous voulons vraiment que la volonté de Dieu soit faite dans nos vies et dans nos églises, nous devons non seulement nous écouter et nous respecter mutuellement, mais aussi prier sans cesse pour que l'Esprit Saint nous guide. Si nous le pensons vraiment, Il nous montrera certainement la voie à suivre et nous donnera les moyens de le faire.

 

C'est donc le moment de prier comme jamais auparavant ! Nous avons besoin d'être unis, comme jamais auparavant, pour la mission que le Seigneur nous a confiée ! »